Jean Lemaire de Belges : Lettres missives et épîtres dédicatoires

Anne Schoysman

Jean Lemaire de Belges : Lettres missives et épîtres dédicatoires

Les lettres rassemblées ici sont de différentes natures, et ...

Plus de détails

1000 Produits

Format

3,99 € TTC

- +

personne n'a encore posté d'avis dans cette langue
Noter / écrire un commentaire

Résumé

Les lettres rassemblées ici sont de différentes natures, et ne constituent pas toutes, à proprement parler, la correspondance de Jean Lemaire de Belges. Cette définition ne peut s’appliquer qu’aux lettres missives, qui témoignent du rôle de l’écrivain au service de Marguerite d’Autriche. Veuve du duc de Savoie Philibert le Beau, celle-ci veut faire construire, aux portes de Bourg-en-Bresse, une église pour accueillir le tombeau du défunt ; absorbée par le gouvernement des Pays-Bas bourguignons, elle charge Jean Lemaire de superviser les travaux de Brou, qui font l’objet principal, mais certes pas unique, des lettres échangées avec la princesse et avec ses hauts fonctionnaires.

Tout autre est le registre des lettres imprimées. Insérées, avec le titre d’« épîtres », dans les éditions des œuvres qu’elles accompagnent, elles « illustrent » à la fois le texte et son dédicataire, et elles font partie intégrante de l’ample paratexte qui caractérise les imprimés du début de la Renaissance. Mais s’il importe de distinguer les « lettres missives » des « épîtres dédicatoires », la pratique des formes épistolaires à la Renaissance ne se réduit pas, loin s’en faut, à une telle dichotomie. Pour s’en tenir aux formes épistolaires en prose adressées à des contemporains (nous n’envisageons pas ici les épîtres fictives versifiées), la frontière entre circulation manuscrite et diffusion imprimée se révèle bien floue : la correspondance, imprimée, en latin, de Cornelius Agrippa (1486–1535), compte huit lettres échangées en 1509 avec un ami anonyme qu’il y a lieu d’identifier avec Jean Lemaire. Enfin, tout autres sont encore deux lettres que l’humaniste Jean de Pins (vers 1470–1537) adresse à un certain Maior, peut-être Jean Lemaire : ce sont des officia, éloges d’humanistes se célébrant les uns les autres.

Les lettres publiées ici témoignent donc des enjeux très différents des formes épistolaires pour l’écrivain « indiciaire » de Bourgogne. Lire dans cette optique les relations de Jean Lemaire de Belges avec son entourage, c’est aussi découvrir comment la pratique épistolaire, avec un correspondant ou avec un public, entre manuscrit et imprimé, touche directement la question du statut de l’auteur.

Fiche technique

Collection Mémoires
Langue Français
Date de parution Septembre 2012
ISBN (numérique) 978-2-8031-0300-3

Avis clients

30 autres produits dans la même catégorie :